> En quoi consiste chacun de ces droits moraux ?

Le droit de divulgation permet à l’auteur de choisir le moment de la rencontre entre son œuvre et le public et les conditions de cette rencontre.

Le droit à la paternité permet à l’auteur d’exiger que son nom (ou son pseudonyme) soit mentionné à l’occasion de chaque exploitation de son œuvre.
Attention : ce droit permet également à l’auteur de cacher son identité s’il le souhaite. L’œuvre sera alors anonyme. L’anonymat d’une œuvre ne signifiant en aucun cas que cette dernière est libre de droit. Votre autorisation, ou celle de votre ayant droit sera toujours requise.

Le droit de repentir permet de modifier une œuvre déjà divulguée alors que le droit de retrait permet de faire cesser l’exploitation d’une œuvre qu’il avait précédemment autorisé.
Attention : ce droit ne peut être exercé que si une cession a été préalablement conclue et à condition d’indemniser son cocontractant.

Le droit au respect concerne tant l’intégrité de l’œuvre que son esprit. Par conséquent, l’auteur peut refuser que son œuvre soit modifiée (mutilation, recadrage, retouche…) mais aussi qu’elle soit exploitée dans un contexte qui pourrait nuire à sa réputation.


> retour à la liste des questions

SAIF (Société des Auteurs des arts visuels et de l’Image Fixe) — Siège social 205, rue du Faubourg Saint-Martin, 75010 Paris — Directeur de publication : Olivier Brillanceau — nous contacter
Établissement principal : 82, rue de la Victoire, 75009 Paris — RCS Paris : D 422 280 255 — Numéro TVA intracommunautaire : FR 19422280255
Création graphique : collectif Au fond à gauche — motorisé par SPIP — hébergé chez OVH — Tous droits réservés.

Avertissement : ce site Web comporte des informations nominatives concernant notamment les sociétaires de la SAIF. Conformément à la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d’un droit d’accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant en ligne sur ce site. Ce droit s’exerce auprès du gérant, Monsieur Olivier Brillanceau.